La secheresse cutanee

 

Chez l'adulte, la peau couvre une superficie d'environ 1,5 à 1,8m2. Plus qu'une enveloppe extérieure, la peau est un organe à part entière qui joue un rôle essentiel dans la protection du corps contre les agressions extérieures.

Elle est intimement liée à la circulation sanguine, au système lymphatique et au système nerveux.

La peau a un talent multifonctionnel qu'elle doit notamment à sa structure en 3 couches :

-L'épiderme : en contact direct avec le milieu extérieur, l'épiderme est recouvert de sébum et joue un rôle de barrière contre les agressions extérieures

-Le derme : à la différence de l'épiderme, le derme est vascularisé. Il apporte énergie et nutriments à l'épiderme, et joue un rôle primordial dans la thermorégulation et la cicatrisation

-L'hypoderme : réserve énergétique de la peau

La peau est la première défense du corps humain contre les agressions extérieures : froid, infections, rayonnements solaire...

Elle sert également de régulateur thermique. La peau participe en effet à la régulation de la température corporelle par sa surface d'échange et son pouvoir isolant. La sudation et la dilation ou la contraction de ses vaisseaux, en fonction de la température extérieure, aidente à maintenir une température corporelle constante.

La peau permet par ailleurs la synthèse de vitamine D. Le corps humain est incapable de fabriquer de la vitamine D. Sous l'action des rayons ultra-violets, un des constituants de l'épiderme, la provitamine D est transformée en vitamine D. Cette vitamine se répand ensuite dans l'organisme à travers la peau et participe notamment à la formation osseuse.

 

 

SECHERESSE CUTANEE : UNE CARENCE HYDRO-LIPIDIQUE

Pour rester bien hydratée, la peau a besoin d'une fine couche de graisse protectrice à sa surface, le sébum sécrété par les glandes sébacées, car le gras ralentit l'évaporation de l'eau. Le sébum est une matière grasse responsable de l'aspect huileux de la peau. Il est constitué de triglycérides, squalènes et cires. Il diminue l'évaporation d'eau lorsque l'humidité ambiante est faible et contient des substances bactéricides qui empêchent les bactéries présentes à la surface de la peau de pénétrer plus en profondeur.

Si la peau souffre de sécheresse c'est qu'elle a perdu sa capacité à retenir l'eau suite à un manque de lipides et donc de sébum. Sa fonction de barrière est altérée.

Les actifs de chimiothérapie agissent sur les glandes sébacées provoquant un déséquilibre de la barrière cutanée. Les glandes sébacées deviennent moins actives, produisant alors moins de sébum à la surface de la peau. Carencée en graisse, la peau s'assèche, manque de souplesse, devient rêche et inconfortable, et peut parfois présenter une desquamation importante.

 

DE LA SECHERESSE A L'IRRITATION CUTANEE

Les peaux extrêmement sèches se caractérisent par une déficience de leur fonction de barrière. Les allergènes et agents irritants pénètrent alors plus facilement et peuvent engendrer des réactions cutanées (démangeaisons, tiraillements et picotements), génératrices de grattages, altérant d'avantage la surface de la peau. Pour une hydratation cutanée rigoureuse permettant d'éliminer tout signe de sécheresse, d'irritations et d'inconfort, il est nécessaire de miser sur des soins émollients riches en acides gras et eau. Ces soins permettront de restaurer la barrière protectrice de la peau, de restituer la souplesse de l'épiderme et d'apaiser les inconforts.

 

   CAS DE LA RADIOTHERAPIE SUR LA PEAU

Les rayons provoquent parfois des réactions au niveau de la peau. Après deux semaines de traitement, la réaction la plus fréquente est une rougeur de la peau au niveau de la zone irradiée. Cette rougeur, appelée érythème cutané, est semblable à un coup de soleil, et varie selon le type de peau.

L'apparition d'une rougeur cutanée est due à la libération de médiateurs de l'inflammation au niveau de la barrière cutanée. Les médiateurs sont des substances produites par les tissus lésés en réponse à une agression altérant leur fonctionnement normal. Toutes ces molécules génèrent des cascades de réactions aboutissant notamment à un ensemble de troubles tissulaires parmi lesquels des modifications de la microcirculation dans les territoires lésés. La rougeur et le gonflement sont dus à cela. Ils ne sont pas inutiles : la vasodilatation permet d'augmenter la circulation du sang. Non seulement il évacuera cellules mortes et toxines mais en plus, il apportera les éléments nécessaires à la guérison.

Par osmose, l'eau du plasma sanguin se diffuse dans les tissus, ce qui provoque un oeœdème. C'est lui qui, en comprimant les nerfs alentours, provoque la douleur et les démangeaisons. Pendant ce temps, la destruction des germes et toxines par les cellules immunitaires entraîne la mort des cellules cutanées lésées dont les débris forment le pus. Il devra être évacué. Le corps pourra ensuite régénérer les tissus abîmés.

 


Nolea-Joy vous propose sa gamme de soins dermo-cosmétiques spécifiquement dédiée aux effets secondaires cutanés des traitements anticancéreux. Des soins doux aux textures velours pour vous apporter réconfort et bien-être tout au long de votre traitement. Tous les soins sont testés sous contrôle dermatologique.

___ NOS PARTENAIRES ___

Logo du Conseil Régional d'Auvergne Logo de BUSI incubateur d’Auvergne Logo de Auvergne Nouveau Monde Logo Bioparc de Vichy Logo BPI Logo Naturopole